Luka Doncic, à quoi peut-on s’attendre pour sa saison sophomore ?

Posted on
Illustration par Jeff

Certains très grands et très fins observateurs de NBA et du basket en général l’avaient découvert avant, mais l’année 2018-2019 fut celle, entre autre, de l’éclosion au plus haut niveau de Luka Doncic. Rookie de l’année, meilleur joueur des Mavericks et presque All-Star. La saison peut être qualifiée de réussie. Retour plus en détail sur celle-ci.

Résumé de la saison dernière

Un titre de ROY, un double contre sur LeBron, une victoire arrachée quasiment seul face aux Rockets, des chevilles brisées par dizaines et un buzzer beater pour arracher la prolongation face aux Blazers. Voici les faits d’armes les plus marquants de la saison rookie du jeune slovène. Au global ? 21,2 pts, 6 passes, 7,8 rebonds, 42,7% au shoot, 32,7% à 3 pts et 71,3% aux lancers. Des pourcentages, notamment à 3 points qui ont connu une forte baisse après le trade pour Porzingis. En effet, privé de Barnes, Matthews, Jordan et Smith Jr. à ses côtes, Luka était particulièrement ciblé par les défenses. Rajoutez à cela l’amour du garçon pour les shoots (très) compliqués, et on obtient des pourcentages qui viennent ternir très légèrement le chef-d’œuvre qu’est cette première saison.

Les qualités

Elles sont nombreuses chez ce garçon qui n’en manque pas. Avec notamment une vision du jeu et un sens de la passe très au-dessus de la moyenne, une capacité à créer des décalages grâce à ses passes ou ses 1 contre 1.

À la mi-janvier, avec une adresse de 37.3% à longue distance ses capacités à scorer (de loin comme de près) sont autant d’armes redoutables obligeant les défenses à des rotations parfaites sous peine de sanction, de lui ou de ses coéquipiers.
Une autre qualité qui devrait l’aider dans le futur est, elle, hors terrain. Sa tête de poupon, son sourire infatigable et son inébranlable motivation en font un des chouchous du public, au point de finir 2ème pour le vote des guards à l’Ouest pour le match du All-Star Game en 2019.

Les défauts

Mais à 20 ans, tout ne peut pas être parfait, et ses quelques carences sont aussi apparues.

Déjà, ses capacités athlétiques sont un frein, notamment en défense, où il a du mal à suivre des joueurs plus petits que lui. Son manque de rapidité peut s’expliquer en partie par sa condition physique. En effet, ce n’est pas le joueur le plus fit que l’on a vu débarquer en NBA. Ensuite, son sens du spectacle prend parfois le dessus sur l’efficacité et alors qu’une ligne de drive semble ouvert après l’élimination du premier défenseur, l’action peut se finir par un step-back à 3pts. Quand ça rentre c’est superbe, mais un lay-up a quand même plus de chance de rentrer.

Prévisions pour la saison prochaine

Que peut-on attendre pour le prodige Slovène ? Plein de choses, tant sur le plan personnel que sur le plan collectif.

Les attentes individuelles

Tout d’abord, Luka devra améliorer sa réussite, surtout aux lancers francs. Vu son talent, la tâche ne semble pas insurmontable. Mais gâcher 30% de ses lancers n’est pas compatible avec des ambitions de franchise player qui amène son équipe loin. Il devra aussi améliorer sa sélection de tirs ; même s’il est capable de rentrer n’importe quel tir dans n’importe quelle position. Mais s’il veut maximiser son rendement, il devra se servir de ses coéquipiers pour obtenir des tirs plus ouverts. Coéquipiers qui n’étaient certes pas assez talentueux pour focaliser les défenses en fin d’année dernière. Cette année, avec la présence de Kristaps à ses côtés, l’excuse passera moins.

Petit pronostic perso : 23.2 points, 8.4 rebonds, 7.5 passes, 44% au tir, 36% à 3pts, 83% aux lancers.

Les attentes collectives

Sa relation avec la licorne lettone sera justement la chose la plus scrutée par l’ensemble des observateurs. Pick and Pop, Pick and Roll, isolation pour l’un qui ressort sur l’autre qui sanctionne voici toutes les séquences que s’attendent à voir les fans des Mavericks au cours des prochains mois. Sa capacité à rendre meilleur ses coéquipiers ainsi qu’à partager la gonfle sera aussi déterminante pour le parcours de Dallas. Pourra-t-il sublimer des joueurs comme Brunson, Hardaway Jr. ou Curry ? Et si oui cela sera-t-il suffisant pour un retour de Dallas en Playoffs ? Telles sont les interrogations qui pèsent sur la saison de Luka Doncic.

2 Comments

  1. Le petit Robert says:

    L’article est super court, je ne sais pas si c’est voulu mais ça aurait mérité beaucoup plus de mots à mon sens. Je pense également que vous ne vous êtes pas relus, certaines tournures de phrases laissent à désirer.
    Par contre l’illustration est super bien, au moins un bon point !

    1. Greg says:

      Rajouter des mots pour rajouter des mots, y a-t-il un intérêt à cela ?

Leave a comment

Your email address will not be published.