Qui pour empocher le MVP ?

Posted on
Illustration par Flo

Le trophée Maurice Podoloff constitue chaque année une course effrénée, que les amateurs, médias et mêmes joueurs ne peuvent s’empêcher de suivre, tant celle-ci peut faire débat et rythmer une saison régulière. Quel joueur le mérite le plus ? Quelle performance peut changer le classement MVP ? La saison dernière, c’est Giannis Antetokounmpo qui est reparti en Grèce avec le prestigieux trophée, après une saison régulière dominante. Qui pourrait lui succéder cette saison ?


Le Greek Freak pour le back-to-back ?

C’est un fait, Giannis est aujourd’hui l’un des tout meilleurs joueurs au monde. Si son jeu n’est pas encore parfait, il ne faut pas oublier que le freak n’a que 24 piges. Et si on l’évoque ici, c’est parce qu’après avoir remporté son premier MVP, il reste l’un des favoris pour la saison à venir. Dans une équipe des Bucks qui lui appartient, Giannis a les clés du camion, et peut encore tout à fait viser le top de sa conférence en sortant ses stats habituelles.

Et quand on parle de stats, Giannis n’est pas en reste. Le MVP en titre sort d’une saison en 27,7 points, 5,9 assists, 12,5 rebonds, 1,5 blocks et 1,3 steals, excusez du peu. Sa candidature à sa propre succession repose donc essentiellement sur sa domination des deux côtés du terrain et sa très probable bonne place à l’Est. 


La barbe ou le chef, en mission ?

S’il y en a bien un que l’accomplissement de Giannis a énervé, c’est James Harden. Auteur d’une saison historiquement prolifique à plus de 36 points de moyenne, The Beard n’a perdu que d’un poil (de barbe ?) (en réalité il a assez largement perdu mais c’était pour le jeu de mots (#AllAroundJeuDeMots) face à son concurrent grec, plus impliqué en défense et dans une équipe avec un meilleure bilan. La pilule n’est toujours pas passée pour le leader des Rockets, qui va sans aucun doute refaire une saison de très haut niveau, bien que probablement moins prolifique au vu de son nouveau coéquipier. Avec une bonne place à l’Ouest, Ramesse (pour les hispaniques) sera surement dans les discussions.

CRÉDIT PHOTO : NOAH GRAHAM/NBAE VIA GETTY IMAGES

And here comes the Chief. Du côté d’Oakland – pardon, de San Francisco – un certain Stephen Curry a un sérieux coup à jouer dans cette fameuse course au MVP. Déjà double MVP, en 2015 et 2016, le Chef se retrouve à nouveau seul pour diriger l’attaque des Warriors. Kevin Durant parti et Klay Thompson blessé, ça laisse de la place à Steph pour nous refaire péter une saison historique de MVP unanime, et ce malgré l’arrivée de D’Angelo Russell. La saison s’annonce plus compliquée que ces dernières saisons pour les Warriors, mais le plus grand shooter de l’histoire n’a plus besoin de nous prouver que c’est un MVP en puissance.


Un MVP à Los Angeles ?

Ce n’est plus un secret pour personne, les deux équipes de Los Angeles n’ont cessé de se renforcer ces deux dernières années, et spécialement cet été. Les Lakers et Clippers, en plus d’être dorénavant deux sérieux prétendants au titre, auront sur le parquet tous les soirs un potentiel MVP. Aux Clippers, Paul George a déjà prouvé cette année qu’il avait un potentiel de MVP. En face, Anthony Davis est un véritable monstre, tout à fait capable d’aller chercher ce trophée.

Mais ce ne sont pas ces joueurs qui vont nous intéresser. Parce que malgré le niveau des deux joueurs précédemment cités, c’est bien LeBron James et Kawhi Leonard qui seront les deux leaders, respectivement des Lakers et des Clippers. Le premier est l’un des plus grands joueurs de l’histoire, et sort d’une saison compliquée (collectivement, parce que individuellement c’est du 27,5/8,5/,8,5) avec les Lakers. On connait le King, on le sait capable de revenir le couteau entre les dents pour nous refaire une saison en 27/8/8, avec une meilleure implication défensive, en emmenant les Lakers au sommet de l’Ouest.

 VAUGHN RIDLEY / GETTY IMAGES

Le second est l’actuel MVP des Finals en titre. Pas besoin de vous refaire le film de sa seule saison passée aux Raptors. The Klaw est aujourd’hui l’un des meilleurs joueurs de la ligue, et a emmené une franchise jusqu’ici non titrée sur le toit du monde, après avoir prouvé au monde entier qui il était. Candidat très sérieux au MVP, il est aussi capable d’être dans la course au DPOY, le trophée de défenseur de l’année.


On n’oublie pas les Westbrook, AD, Embiid et autres Jokic, qui peuvent tout à fait s’immiscer dans cette course. Voici cependant les principaux favoris, et l’on peut remarquer (encore une fois) une certaine domination de la conférence Ouest en terme de talents. Alors, sur qui allez-vous parier cette saison ?

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.