Les facteurs X de la saison (partie 2)

Posted on
Illustration par Arnaud

Comme chaque saison, les fans de chaque franchise se focalisent avant tout sur les stars mais ce ne sont pas toujours elles qui font la plus grosse différence. En effet on s’attend à leur production, à leur impact et leur apport. De plus, les autres équipes s’y attendent aussi et scout dans ce sens. La différence peut donc se faire parmi les joueurs que l’on considère de seconde zone. On ne sait pas forcément de quoi sera faite leur saison mais leurs performances ont un impact fondamental sur la réussite de l’équipe.

Miami Heat – Tyler Herro

C’est l’un des prétendants au titre de rookie de l’année après sa Summer League et son début de saison impressionnant offensivement. Il risque d’être exposé en défense mais le Heat et Spoelstra ont le matériel pour le cacher. Il aura donc pour mission d’épauler Jimmy Butler en attaque tous les soirs, pour refaire de Miami une des places fortes de l’Est.

Milwaukee Bucks – Donte DiVicenzo

L’ancien pensionnaire de Villanova, 2 fois vainqueur de la March Madness et ayant remporté le trophée de joueur du tournoi en 2018 est arrivé à Milwaukee avec une certaine expérience. Sans être le jeune le plus prometteur de sa draft il connait son rôle. Défendre dur, courir et mettre des 3 points. Pas besoin de plus chez les Bucks, qui compteront sur lui pour sanctionner les décalages du Greek Freak.

Minnesota Timberwolves – Jeff Teague

Et si Jeff Teague se remettait à jouer au basketball ? Cela ferait sûrement un bien fou à cette équipe des Wolves. Le manque de création autour de Towns est criant mais si Teague retrouve le niveau qui était le sien chez les Hawks, ce tandem pourrait permettre à tout le Minnesota de croire à un retour en playoffs en attendant le (vrai) réveil du potentiel d’Andrew Wiggins.

New Orleans Pelicans – JJ Redick

Le projet de base était d’entourer Zion de shooters. Cependant, la blessure de ce dernier a modifié les plans de la franchise. Brandon Ingram s’est donc retrouvé franchise player par défaut. Malgré cela, le rôle de Redick n’en sera pas moins important, il devra continuer à naviguer dans les écrans et mettre ses shoots. Si en bonus il peut continuer d’aider Lonzo Ball sur son tir, son apport dans la franchise ne sera que bénéfique.

Oklahoma City Thunder – Shai Gilgeous-Alexander

La pépite récupérée dans le trade de Paul George permettra-t-elle aux fans de sécher leurs larmes ? Ce sera en tout cas sa mission, lui qui pourrait déjà se retrouver option offensive n°1 ou 2. Ses progrès seront un des facteurs qui permettront aux fans du Thunder de survivre à cette transition.

Orlando Magic – Jonathan Isaac

Au pays des freaks, il fallait choisir celui qui sera le plus déterminant pour l’avenir du Magic. Alors que certains ont du mal à confirmer tout leur potentiel, Isaac est déjà capable de défendre les 5 postes. S’il parvient à devenir une vraie menace offensive, nul doute qu’il deviendra un joueur majeur pour le Magic dès cette saison.

Philadelphia 76ers – Furkan Korkmaz

Difficile de trouver des joueurs réellement impactant derrière le quatuor (voire quintette) de la mort. Cependant, cette équipe a un point faible : le shooting. Et le rôle de Korkmaz sera simple : shooter. On l’a déjà vu faire gagner son équipe au buzzer et si d’autres shoots doivent être pris dans la même situation ? Le futur Robert Horry des Sixers ?

Phoenix Suns – Ricky Rubio

C’est dur de classer le MVP du mondial comme facteur X, mais c’est réellement lui qui peut faire passer un cap à l’équipe. Déjà grâce à sa création tous les soirs, on sait qu’il ne décevra pas, par exemple dans la répartition des munitions pour Booker et Virenque Ayton. Si ces 3 là parviennent à s’entendre, la bonne surprise pourrait bien venir d’Arizona.

Portland Trail Blazers – Hassan Whiteside

Un des joueurs mystères de la NBA. Tout autant capable de triples doubles points/rebonds/contres que d’être pris de vitesse par Boban Marjanovic. Il devra surtout montrer son implication pour tenir le secteur intérieur jusqu’au retour de Nurkic. Sans oublier le chèque à la fin de l’année !

Sacramento Kings – Marvin Bagley

Il devra avant tout faire taire les comparaisons incessantes (et infondées) avec Doncic. Il devra aussi permettre aux Kings de retrouver l’énergie qui était là l’an dernier en se basant sur les transitions. Enfin, il devra aussi se trouver un poste fixe afin de permettre à Sacramento d’avoir des bases de reconstruction solides.

San Antonio Spurs – Derrick White

Il a été propulsé sur le banc par le retour de Dejounte Murray, mais il ne sera pas moins intéressant pour Pop. On sait que les Spurs se basent sur le jeu collectif et le mouvement de balle pour gagner. Son apport en sortie de banc sera décisif pour faire basculer les matchs dans le bon sens, en menant le jeu offensif de la second unit.

Toronto Raptors – Fred VanVleet

Devenir papa, ça change un homme. Demandez à ce monsieur. Lui qui était un remplaçant lambda l’an dernier est devenu un Curry stopper champion NBA. Sans lui demander de réitérer ses performances de l’opening night, il peut contribuer par son expérience et son talent à faire taire les sceptiques qui enterraient les Raptors avant le début de saison.

Utah Jazz – Bojan Bogdanovic

Au delà du flow immense qu’amène son association avec Joe Ingles, c’est son côté pyromane instantané qui va intéresser le Jazz. Capable de débloquer n’importe quel match avec un 4/4 à 3 points en 5 possessions, il peut être le parfait complément de Donovan Mitchell , le soir où celui-ci est très bien défendu.

Washington Wizards – Rui Hachimura

Le rookie possède autant de détracteurs que d’admirateurs. Phénomène marketing ou phénomène NBA ? Il devra y répondre sur le terrain en continuant à faire admirer son activité aux rebonds et son jeu mi-distance. S’il arrive en plus à développer un shoot intéressant longue distance, les débats seront vite clos.

La partie 1 des Facteurs X de la saison avec les 15 autres franchises : Les facteurs X de la saison (partie 1)

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.