Dallas : Les licornes font du rodéo en Slovénie

Posted on
Illustration par Jeff

Contrairement à ce que le titre sous hallucinogènes pourrait laisser penser, cet article parle bien de basket ou essaye tout du moins. Avant le début de saison, beaucoup de questions entouraient la saison des Mavericks : Le rookie wall existe-t-il pour Luka Doncic ? Porzingis est-il remis de sa blessure ? Les joueurs autour des deux prodiges européens ont-ils le niveau pour emmener une équipe en playoffs ? Qui va défendre dans cet effectif ?

Bien que la saison n’ait pas encore atteint les 10 matchs, il y a déjà plusieurs éléments de réponse et ils sont plutôt encourageants pour les Texans.

Les points positifs

Luka Doncic

Le premier bon point est assez simple à trouver, Luka reste un OVNI en NBA. A peine 20 ans, plus jeune que bon nombre de rookies et déjà top 20 des joueurs de la ligue (en étant large). La ligne de stats est folle : 28.3 pts (à 48.5% au shoot, 31.8% à 3 points et 84.4% aux lancers), 10.3 rebonds, 9.1 passes, 1.1 interception et 0.1 contre. On peut cependant constater 4.5 pertes de balle par match. Il a montré qu’il était capable d’exister à la fois au scoring en étant indéfendable sur certains moves, mais aussi capable de focaliser l’attention de tous les défenseurs autour de lui. Un vrai régal pour ses coéquipiers.

L’attaque

Les Mavericks possèdent le meilleur offensive rating de la ligue, c’est-à-dire le plus grand nombre de points marqués sur 100 possessions jouées. Il y a plusieurs explications à cela : 6e équipe qui perd le moins de ballons, 5e équipe aux rebonds offensifs et 9e équipe au tir réel (TS%). Cela donne une équipe assez redoutable en attaque surtout sur demi terrain puisque le jeu rapide n’est pas une force majeure (22ème pace, forcément, Luka en sprint ça n’affole pas grand monde.)

Le banc

Pour les non-fans de Dallas, cela a peut-être été une révélation. En revanche pour les fans, c’est une confirmation de la tendance actuelle. Au-delà des deux stars, l’effectif des Mavs est plutôt homogène, ce qui pousse souvent Rick Carlisle à faire jouer 12 joueurs en une soirée, exercice assez dur au niveau de la répartition du temps de jeu. Mais cela amène aussi 2 tendances. Malgré un Luka Doncic phénoménal, le 5 majeur est souvent en difficulté. A l’inverse, les remplaçants étant d’un niveau quasi similaire aux titulaires, ils font souvent la différence via la second unit.

Petit exemple pratique : contre les Celtics, Luka fait un très bon match (34/6/9). Mais son +/- est à -17 car jouant quasi exclusivement contre les titulaires de C’s. A l’inverse, Dwight Powell (qui fait lui aussi un très bon match) finit lui à +20, le tout en ayant joué 30 minutes.

La hiérarchie

Certes, c’est plus facile quand le jeune Slovène fait un début de saison de calibre candidat MVP. Cependant, on a tout de suite compris que Dallas est maintenant la franchise de Luka avec Kristaps pour lieutenant. Bien aidé par la dynamique de l’équipe, ce dernier semble comprendre son rôle. Le ballon est géré par Doncic et la licorne est clairement l’option numéro 2.

Les points négatifs

La défense

Forcément, quand on a la meilleure attaque et le 12e bilan de la ligue, le problème se trouve en défense. En effet, avec le 22e defensive rating de la ligue, la marge de progression des Mavs est toute trouvée. Malgré un Porzingis a 2,4 contres par match et une envergure permettant de dissuader un grand nombre d’attaquants, c’est proche du panier que la défense texane a du mal. Alors qu’un tiers des attaques adverses se finissent à moins de 3 mètres du cercle, le taux de réussite de ces actions est de presque 64% contre les Mavs. Ce qui donne 1,28 point par possession quand la moyenne NBA est à 1,24. De même pour les tirs à mi-distance (entre 3m du panier et la ligne à 3 points). Les Mavs encaissent en moyenne 42,5% de ces tirs quand la moyenne NBA est à un peu moins de 40%. Ces stats s’expliquent à la fois par la faiblesse individuelle de certains joueurs en défense (Doncic, Curry, Brunson voire Hardaway Jr.) et par le manque d’un deuxième vrai protecteur d’arceau. En effet, une fois que Porzingis est emmené au large, il ne reste plus que Maxi Kleber capable de défendre son cercle de manière honorable.

Tim Hardaway Jr. / Kristaps Porzingis

Clairement pas le même profil, la même critique, les mêmes attentes. La seule chose qui les unit c’est une petite critique sur le niveau individuel. Même si on ne peut pas réellement parler de critique envers la licorne, tant son début de saison a dépassé les attentes de beaucoup d’observateurs, le manque de rythme et son profil rendent la baisse de régime quasi inéluctable. Mais Porzingis devra faire en sorte d’améliorer certains points de son jeu (notamment le post-up) et continuer à performer sur ces points forts pour porter les Mavs.

Ensuite : le cas THJ. Pour certains, je m’acharne. Cependant, ce joueur a le don d’horripiler les fans de ses franchises respectives, par son contrat et ses shoots. Il a certes gommé une partie de ses pull-up 3 qui rentraient autant que ceux de Ben Simmons, mais même ses catch and shoot ne rentrent que trop rarement en ce début de saison. Quant à sa volonté très louable de sortir l’équipe de sa situation compliquée, il serait plus avisé de laisser ses responsabilités au duo européen.

Le coaching

Il ne s’agit en aucun cas d’une critique envers Rick Carlisle. Cependant le stratège texan (encore un) doit composer tous les soirs avec 12 joueurs, en modifiant son 5 majeur et ses rotations au sein desquels peu de choses semblent immuables. Cette période d’adaptation donne donc quelques séquences assez étranges, afin d’effectuer ses tests. Mais son savoir-faire n’est plus à démontrer et les matchs avançant, il devrait réussir à trouver les ajustements idéaux.

Conclusion

Dallas est une des good story de ce début de saison, puisque peu de monde les imaginait à un tel niveau, surtout offensivement. Si Luka Doncic parvient à garder son rendement actuel toute la saison et que les petits ajustements parviennent à être trouvés, Dallas pourrait être une des révélations de l’année. A condition de mettre ses lancers en fin de match…

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.