Top 6 des steals de la draft 2019 : Partie 1

Posted on
Illustration par Jeff

La draft est sûrement l’événement le plus important de l’année pour chaque franchise n’étant pas prétendante au titre. Ça a été le point de départ de chaque grande équipe qui a marqué l’histoire de la NBA : les Warriors de la décennie 2010, les Spurs de celle d’avant… À chaque édition ses surprises, ses diamants bruts passés au travers des mailles du filet. Qui sera le prochain Kirilenko (24e choix) Rodman (27), Green (35) ou Ginobili (57) ? C’est ce que nous allons essayer de trouver aujourd’hui. 

6 – Jordan Poole 

Arrière, 20 ans, 193cms, 88kg et envergure de 200cms. Sélectionné avec le 46e choix par les Golden State Warriors.

Carrière universitaire : 

Poole était déjà un prospect en sortant du lycée. 99e au classement RCSI des meilleurs lycéens. Il choisit le programme réputé de Michigan coaché par John Beilein. Pour sa première saison, il a un temps de jeu de 12 minutes pour 6 points de moyenne. Emmenée par Moritz Wagner et Charles Matthews, l’équipe se hisse en finale de la March Madness pour chuter face au collectif impressionnant de Villanova. 

Pour la seconde année de Poole dans l’équipe, il se retrouve avec un rôle majeur aux côtés de Ignas Brazdeikis (47e choix). Cependant, cette saison fut moins réussie avec “seulement” un huitième de finales au tournoi national.

Stats la saison dernière : 

12,8pts / 3rbs / 2,2pd / 1,5bp / 51% au tir / 37% à 3pts / 83%LF 

Points forts

Jordan Poole sait shooter, c’est sa principale qualité. Avec 37% à 3 points il a montré qu’il pouvait être efficace. Même s’il n’est pas très grand, il peut tirer malgré une bonne défense grâce à sa détente. S’il a de bons écrans pour shooter, il peut prendre feu. Bon pourcentage aux lancers-francs. Son envergure est très intéressante pour sa taille.

Défensivement ce n’est pas exceptionnel mais il a montré des progrès lors de sa deuxième année à Michigan. Il est capable de tenir son duel. Ses grands bras peuvent lui donner une capacité à intercepter des ballons. Il sait dribbler et peut sur quelques séquences jouer du P&R. Avec le chantier actuel aux Warriors il a des minutes et des responsabilités en attaque.

Points faibles

Sa sélection de shoot est pour l’instant très moyenne même si le fait qu’il n’ait plus un rôle de leader devrait le calmer un peu. Il n’était pas le meilleur marqueur à Michigan l’année passée. Difficile donc de penser qu’il apportera immédiatement un gros supplément au scoring. Il doit également montrer qu’il peut être régulier. De plus Poole est trop petit et frêle pour défendre sur des postes 3. Il doit progresser dans sa défense en 1v1. 

Conclusion

Sa carrière a commencé en se faisant crosser par Zach Norvell Jr., le rookie des Lakers, mais la suite devrait être plus rayonnante. Jordan Poole peut devenir un véritable elite shooter. S’il arrive à peaufiner son jeu offensif et à confirmer en défense, il peut s’assurer une belle carrière NBA. Cette saison sera un bon test pour voir s’il supporte les responsabilités. 

5 – Miye Oni 

Arrière, 22 ans, 197cms, 93 kgs, envergure de 210cms. Sélectionné avec le 58e choix par les Golden State Warriors puis transféré au Utah Jazz.

Carrière universitaire :

Miye Oni n’a jamais été un gros prospect. À la sortie de la Suffield Academy il reçoit peu d’offres de bourse et choisit le programme de Yale. Université prestigieuse non pour ses sections sportives mais pour son niveau académique.

Dès sa première saison le joueur a un rôle important. Il mène l‘attaque et finit co-meilleur marqueur aux côtés d’Alex Copeland.  Lors des deux saisons suivantes, il continue de dominer la Ivy League. Sa dernière saison se termine par une qualification à la March Madness même si Yale s’incline au premier tour face à Louisiana State où Oni va être catastrophique avec 5 points à 2/16 aux shoots en 40 minutes. 

Stats la saison dernière

17,1pts / 6,3rbs / 3,6pds / 2,6bps / 44% au tir / 37% à 3pts / 79%LF 

Points forts

Miye Oni ne sera pas une superstar en NBA, cependant il a le talent et les aptitudes pour devenir un bon role player. Physiquement, il est très intéressant notamment grâce à son envergure folle. Il a le physique pour devenir un défenseur sérieux sur les postes extérieurs. Oni est un joueur très polyvalent capable de scorer mais aussi de faire jouer ses coéquipiers. Sa vision de jeu est très correcte pour un arrière. 

Pour sa capacité à marquer des points, Oni peut principalement jouer son un contre un sur du jeu en transition, il possède un dribble correct et est capable de scorer main droite mais aussi main gauche. Il peut finir près du cercle avec aisance. Ses pourcentages à Yale étaient également plutôt bons, notamment derrière l’arc, même s’il était la première option. De plus, il n’a pas de difficulté à obtenir des lancers. 

Points faibles

Premièrement, Oni est plus âgé que les autres, sa marge de progression est donc potentiellement plus réduite et il va vite devoir prouver qu’il peut apporter à son équipe.

Offensivement, son shoot n’est pas parfait, sa gestuelle manque de fluidité. Pour l’instant, ça ne l’a pas handicapé mais cela pourrait le rendre moins régulier. Il sera également intéressant de le voir évoluer dans un rôle très différent qu’à Yale. Il ne sera plus le chef de l’attaque et il va devoir être efficace sur de courtes séquences. Oni doit également réduire son nombre de perte de balle (4 par matchs l’année dernière).

Sa défense loin du ballon est correcte mais il peut se trouver en difficulté sur des switchs contre le porteur de balle. Son non match face à Louisiana State peut mettre en doute sa capacité à mener son équipe lors des matchs importants. 

Conclusion

Miye Oni est talentueux. Son jeu n’est pas parfait mais il possède de réels qualités pour trouver sa place en NBA. Son physique le met dans de bonnes conditions et il possède toutes les aptitudes pour devenir un role player dans la grande ligue. 

4 – Bruno Fernando 

Pivot, 21 ans, 208cms, 105kgs, envergure de 212cms. Sélectionné avec le 34e choix par les Atlanta Hawks.

Carrière universitaire :

Bruno Fernando est resté 2 années à l’université de Maryland. À la sortie du lycée, il était classé à la 70e place du RCSI. Il était donc déjà un prospect attendu des scouts NBA. Sa saison freshman était plutôt correcte avec 10,3pts et 6rbs en 20 minutes de moyenne. Cette année-là, Maryland avait un bon effectif avec notamment des joueurs comme Kevin Huerter (aujourd’hui aux Hawks) et Anthony Cowens (toujours à Maryland).

Lors de sa seconde saison, il confirme son potentiel avec un double-double de moyenne. Maryland finit avec un bilan de 23 victoires pour 11 défaites. Cette équipe a cependant échoué au deuxième tour de la March Madness. La côte de Fernando a baissé au cours de la saison. Prévu comme un top 20 il est finalement drafté en 34e position par les Hawks. 

Stats la saison dernière

13,6pts /10,6rbs / 2pds / 1,9blks / 2,8bps / 61% au tir / 78%LF 

Points forts

Pour commencer Fernando à un physique dingue. Il est déjà largement NBA ready. Son envergure et sa taille lui donnent des atouts intéressants en défense mais il est, en plus, un bon protecteur de cercle. C’est également un aspirateur de rebonds. Il peut switcher sur les écrans même s’il a encore des difficultés sur les joueurs rapides. Sa mobilité et très intéressante défensivement comme offensivement. Il peut enchaîner les allers-retours et les contre-attaques.

Offensivement, sa capacité principale c’est la domination aérienne, il est donc dangereux sur les lobs. Bruno a également développé des moves intéressants au poste bas, même si c’est encore en travaux. Son shoot n’est pas mauvais pour un Big Men. Il est capable de mettre des trois points et son pourcentage aux lancers indique un potentiel de shooter correct.

Points faibles

Fernando est plein de bonnes intentions mais il a tendance à manquer de rigueur et de fondamentaux. Sa palette offensive est encore à travailler et sa défense est parfois trop naïve. Son manque de rigueur se voit également sur son nombre trop important de pertes de balles (2 par matchs la saison passée). À Maryland, il commettait 3,6 fautes par match en 30 minutes. Pour s’imposer dans la rotation il devra supprimer les fautes bêtes.

S’il arrive à améliorer ses qualités de passeur et sa vision de jeu, il pourra devenir dangereux offensivement. Son shoot doit également progresser même si les bases ont l’air bonnes. Comme Miye Oni, Fernando est déjà âgé pour un prospect. Il a eu 21 ans cet été et sa marge de progression peut donc paraître plus faible qu’un intérieur comme Jaxson Hayes. 

Conclusion

Bruno Fernando à sa place en NBA. Il a de réelles capacités et sa réussite dépendra de son éthique de travail. Sa progression à Maryland peut nous faire espérer une évolution intéressante de son jeu. Il apporte déjà des minutes intéressantes à Atlanta et le cadre à l’air parfait pour son développement.

On se retrouve prochainement pour les 3 premiers de ce top 6…

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.