Calendrier de l’Avent : LeBron a battu les Warriors, mais à quel prix ?

Posted on
Illustration par Jeff

Pour ce mois de décembre, All Around – NBA vous propose son propre calendrier de l’Avent ! Du 1er au 24 décembre, des articles en rapport direct avec Noël et la NBA ! Bien sûr, nous parlerons des Christmas Day Games mais aussi d’autres choses… On vous laisse le découvrir tout au long du mois !

Pour ouvrir ce calendrier de l’Avent made in All Around – NBA, ce 1er décembre, on vous présente l’histoire la plus récente de ce calendrier de l’Avent : elle date du 25 décembre 2018 et elle peut avoir eu des conséquences déterminantes pour le futur de la NBA.

Contexte

Lorsque LeBron James annonce à la télévision qu’il part à Miami, c’est un choc. James quitte son Ohio natal pour “take his talents to South Beach”. De 2010 à 2014, LeBron a remporté deux fois le titre NBA, deux fois le MVP de saison régulière et deux fois le titre de MVP des Finales (2012 et 2013 pour les trois trophées).

Alors qu’il est free agent à l’été 2014, la plupart des observateurs s’accordent à dire qu’il devrait rester à Miami, malgré une équipe que l’on sent en fin de cycle. Toutefois, il surprend son monde pour annoncer qu’il “revient à la maison”.

Credit : Sports Illustrated

Après avoir brûlé les maillots “James 23”, les Cavaliers ont entamé un processus de reconstruction. Ils obtiennent le 1er choix de draft en 2011 et sélectionnent Kyrie Irving. Idem l’année suivante où ils sélectionnent… Anthony Bennett. La même chose en 2014 avec où ils sélectionnent Andrew Wiggins.

Le retour de l’enfant prodigue oblige la franchise à changer ses plans de reconstruction sur le moyen / long terme. Le management de la franchise doit donc construire une équipe prête à gagner le titre. Exit le flop Bennett et l’espoir Wiggins, bienvenue Kevin Love.

Avec cette équipe construite autour du trident James-Irving-Love, les Cavs iront 4 fois en finales en 4 ans. Ils buteront à chaque fois sur les Warriors, sauf lors du titre légendaire de 2016. Cependant, en 2018, King James se retrouve esseulé : l’exemple marquant est cette fameuse action où JR Smith oublie le score…

Credit : Diffusion télévisée de la NBA

Alors qu’à l’été 2018, le King se retrouve encore free agent, les rumeurs vont bon train : Sixers, Rockets, Lakers, Cavaliers, voire Warriors. Quand la free agency s’ouvre le 1er juillet 2018, on ne sait pas où va atterrir le triple champion NBA. Va-t-il encore quitter Cleveland ? La réponse est oui, puisqu’il rejoint des Los Angeles Lakers en pleine reconstruction, depuis l’effondrement de l’équipe de Kobe Bryant.

La saison 2018-2019

Malgré les doutes de nombreux observateurs, les Lakers se mettent doucement en place. L’équipe défend bien et, en attaque, même s’il y a des problèmes de spacing, James porte l’équipe sur ses larges épaules. En effet, le natif d’Akron pose une grosse ligne statistique jusqu’à Noël : 27 points (à 51,8 % au tir, dont 36 % à 3 points), 8 rebonds et 7 passes décisives par match. Les Purple and Gold pointent à la 4e place de l’Ouest avant l’affiche que tout le monde attend : Lakers – Warriors, en primetime à la télévision américaine, le jour de Noël.

Le match

Pour la première confrontation de la saison entre les deux franchises, le match tourne à l’avantage des Lakers. Ces derniers survolent la première mi-temps. Ils sont au-dessus dans tous les aspects du jeu. Adroits en attaque, la marque bien répartie, solides et concentrés en défense : ça sent le “match-référence” pour les Los Angeles Lakers. A la mi-temps, les Warriors sont menés, chez eux, 65-50. Alors que l’on s’attend au fameux 3e quart-temps hors du commun de Golden State, les Lakers tiennent. Jusqu’au drame.

LeBron James remonte la balle sur le côté droit du terrain, après un tir raté des Warriors. Il arrive au poste haut de la raquette de GS. Il essaye de faire du post-up sur Draymond Green. Toutefois, le numéro 23 des Warriors est solide, et James trébuche en perdant le contrôle de la balle. Il fait, cependant, preuve de combativité et se jette au sol pour récupérer la balle. Sa jambe gauche reste plantée dans le sol pendant que sa jambe droite glisse. Aïe. Immédiatement, LeBron sent la douleur. Après la possession défensive qui suit, LBJ fait un signe à son banc : il ne peut plus continuer. Il souffre d’une déchirure à l’aine.

Après un retour des Warriors à deux petits points vers la fin du 3e quart-temps, les Lakers, sans LeBron, vont étriller les champions en titre dans la fin de match en proposant une grosse défense et une belle répartition de la marque.

L’après

LeBron James manquera 17 matchs. En son absence, les Lakers chutent au classement en perdant 11 matchs. Durant ce laps de temps, les premières rumeurs de trade autour d’Antony Davis apparaissent. C’est ce sentiment de devoir absolument faire un échange pour ramener l’intérieur dominant de la Nouvelle-Orléans qui va précipiter les Lakers vers leur chute. Le King prend position pour la venue d’AD, des informations fuitent comme quoi Magic Johnson voudrait échanger (presque) tout l’effectif des Lakers pour AD, mais le GM des Pelicans ne flanche pas et n’échangera pas son protégé au monosourcil.

Malgré le – soi-disant – “mode Zero Dark Thirty activated”, les Lakers sont bel et bien plongés et ne s’en sont relèveront pas. A la fin de la saison, Magic Johnson démissionne lors d’une conférence de presse mémorable. Son mauvais comportement pointé par des membres de la franchise, Luke Walton est démis de ses fonctions, LeBron James manque les playoffs pour la première fois depuis 2004. En bref, c’est le marasme.

Cet été, les Lakers ont récupéré Anthony Davis et ont monté une équipe bien plus cohérente que la saison passée. Le début de saison étincelant des Purple and Gold confirme ce bon été. On peut donc se demander si cette blessure, et ce qu’elle a entraîné, n’est pas, finalement, le début de quelque chose de grand à Los Angeles ?

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.