Calendrier de l’Avent : les souvenirs des Christmas Day Games de la rédaction

Posted on
Illustration par Arnaud

Pour ce mois de décembre, All Around – NBA vous propose son propre calendrier de l’Avent ! Du 1er au 24 décembre, des articles en rapport direct avec Noël et la NBA ! Bien sûr, nous parlerons des Christmas Day Games mais aussi d’autres choses… On vous laisse le découvrir tout au long du mois !

Pour le 10e jour, que des numéros 10 dans ma team, donc… on vous partage nos souvenirs des Christmas Day Games !

Greg

J’ai 2 souvenirs “marquants” des Christmas Day Games. Le premier, c’est pour ma première soirée de Christmas Day Games, je me souviens essayer, sans forcément y arriver, d’échapper à un repas de famille avec mes grands-parents pour voir un Bulls-Thunder. Le deuxième, plus récent, c’est la folie du match entre les Cavs et les Warriors en 2016 à 20h30, heure française. Autrement dit, un rendez-vous immanquable. Il l’était. Un très haut niveau, un scénario hitchcockien et un moneytime de dingue avec un Kyrie ultra clutch, ont fait de ce match l’un des meilleurs Christmas Day Games de l’Histoire NBA ! J’en ai d’ailleurs dit, écrit en l’occurrence, plus sur ce match juste ici : Cavs-Warriors le 25 décembre 2016, le summum de leur rivalité.

Axel

A la maison le 25, on respecte les traditions. Chez nous, c’est repas avec mon père et ses 5 frères à n’en plus finir, avec les mêmes débats tous les ans. Les mêmes gueules de bois aussi. On a beau eu le faire à la maison en 2018 ce repas, le post-dessert à coup de tournoi de belote et de rami arrivait en courant. Heureusement, j’ai allumé la télé et tous ces quinquagénaires ou presque sont retombés sur de la NBA, chose qu’ils n’avait plus vu depuis Michael et les années Canal. Et au bout de 10 minutes, je raconte qu’avec mes potes en soirée, on fait des jeux d’alcool en regardant les matchs. Ô la bonne idée.

Le prétexte pour la beuverie n’était donc plus l’engueulade pour un jeu de cartes, mais pour supporter de manière acharnée une équipe ou un joueur qui nous permettait de faire boire les autres. Autant dire qu’après 2 bouteilles de Get 27, 2 de Manzana, 1 de Saké et 1 de Gin, personne ne se rappelle d’aucun match de qui a gagné ou perdu et encore moins de ce qu’on a bu. En revanche, la fierté de faire partager la passion pour ce beau sport (et pour l’alcool) était bien là. Au final ? Cette année, le repas est de nouveau à la maison, à coup sûr pour de nouvelles analyses stratégiques.

Simon

Personnellement, depuis l’arrivée de la NBA dans ma vie, Noël rime beaucoup moins avec famille, tontons, chaussettes accrochées à la cheminée mais plus avec nuit blanche, café et maillot. Le premier que j’ai dû regarder, ça doit remonter à 2015 avec un Bulls @ OKC (obligé pour ma part) et depuis ça je n’ai plus jamais vu le réveillon de la même manière. Quand on parle moments émotions de Noël, je pense forcément à B King et ses 60 points (ouais j’étais né ouais) face aux Nets.

Plus récemment, c’est le fameux Game 8 des Finales 2016 avec un Cavs-Warriors qui avait tenu toutes ses promesses, entre deux des meilleures équipes de l’histoire (Richard Jefferson qui fait l’ascenseur sur Kevin Durant dans un premier temps, puis sur Klay Thompson, Kyrie Irving en feu total, la Quickens Loans Arena qui rugit même sur un tir à trois points de Shumpert) avec ce magnifique tir de Kyrie à la toute fin du match sur un Klay Thompson à qui il manquait une petite longueur de bras pour contrer un Uncle Drew qui crucifiait encore les Warriors. Je me rappelle avoir simulé une grosse fièvre pour pouvoir quitter la table de manière totalement digne. Vous vous doutez bien que, entendant mes cris de bonheur sur la fin de match des Cavs, ma fièvre ne fit pas longue durée.

Enzo

Mon souvenir le plus marquant d’un Christmas Game se passe lors d’une victoire de mon équipe favorite, les Warriors. Retour en 2015, c’était le tout premier Christmas Game que je regardais en direct. J’avais déjà vu certains matchs historiques de ces Christmas Games, notamment l’un de 1984, où Bernard King planta 60 points au MSG mais ce n’est pas pareil que la magie du direct.

Revenons en 2015, une belle affiche de Finals : Golden State face à Cleveland, LeBron James face à Stephen Curry, dans la regrettée enceinte de l’Oracle Arena. Ce n’est pas forcément le plus beau Christmas Game entre ces deux équipes (celui de 2016 oblige), mais le fait que ce soit le tout premier match de Noël que je regarde en direct – alors que cela faisait 5 ans que je commençais à suivre la NBA – fut un moment marquant, surtout avec une victoire 89-83 des Warriors, sur une année de titre.

Alex

Étant du style à fêter Noël sur plusieurs jours (ou soirs surtout), je n’ai pas une infinité de souvenirs liés aux matchs de Noël. Mais s’il y a un match récent qui m’a marqué, c’est bien le Cavs-Warriors de 2016.

Le contexte était particulier : première confrontation entre les deux finalistes depuis les légendaires finales de 2016, après le choke des Warriors et l’exploit de LeBron et sa clique. Autre « petite » particularité de ce match : Kevin Durant vient tout juste de rejoindre Curry and co, en quête d’un titre (qu’il obtiendra quelques mois après, contre ces mêmes Cavaliers).

Forcément, la NBA ne pouvait cracher sur l’opportunité de mettre face à face les deux équipes symboles de cette rivalité incroyable. KD contre LeBron, Steph contre Kyrie, Klay Thompson et Kevin Love, y’a du beau monde sur le parquet. KD et LeBron font tous les deux un gros match, Richard Jefferson a 25 ans à nouveau, mais c’est bien Kyrie qui va permettre à la franchise de l’Ohio d’obtenir sa 4e victoire d’affilée contre ces Warriors, sur un move devenu légendaire sur la bouche de Klay.

Des matchs comme ça à Noël, on en veut tous les ans !

JB

C’était en 2014. La journée de fête laisse place à une soirée NBA en guise de gourmandise. Mon premier Noël passé devant la grande ligue ! Au menu : en apéritif, un match opposant New York et Washington, suivi en entrée de San Antonio-Oklahoma avant le plat principal : Miami-Cleveland et le retour de LeBron après ses 4 années en Floride !

Si le premier match n’est pas forcément le plus intéressant, il y a quand même de l’animation : fight entre John Wall et Quincy Acy après une grosse faute de ce dernier sur le premier ! Mis à part cet incident, ce premier match se déroule sans accroc pour Washington. Mais c’est maintenant que la véritable soirée commence…

Oklahoma se déplace chez les champions en titre pour un match au sommet de la Conférence Ouest ! Et c’est OKC qui, un peu à la surprise générale, repart de Fort Alamo avec la victoire derrière un Russell Westbrook en feu (34 points) !

Enfin, c’est LE match de la soirée : LeBron James de retour à Miami après être parti à Cleveland durant l’intersaison. Dîner avec Wade, Standing Ovation,… chaque action du King est scrutée. Mais c’est bien Wade qui va briller pendant le match (31) et permettre à son équipe de repartir avec la victoire ! Pourquoi vous raconter ce souvenir me diriez-vous ? En plus d’être le premier Noël passé devant la NBA, ces 3 matchs m’ont aussi permis de remporter le premier pari de ma vie et de gagner 20€. Que de premières !

Les précédentes cases du calendrier de l’Avent :

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.