Les Milwaukee Bucks : Attention, daims dangereux

Posted on
Illustration par Flo

Le contexte

Saison 2018-2019

Un petit rappel contextuel est toujours intéressant, surtout lorsqu’il s’agit de comprendre la “sous-médiatisation” d’une équipe. En effet, Milwaukee est depuis quelques saisons l’équipe qui monte en NBA. C’est à l’image de son franchise player, Giannis Antetokounmpo, passé de rookie intrigant à MIP puis à MVP. Mais ce qui a permis à l’équipe de passer un palier se trouve sur le banc. Effectivement, l’arrivée de Mike Budenholzer a transformé l’équipe en lui inculquant un vrai plan de jeu. Celui-ci peut être assez facilement schématisé : une défense solide qui permet au grec d’exploiter ses qualités physiques hors normes en transition. L’évolution personnelle du greak freak se voit aussi au niveau des résultats de l’équipe. Après avoir retrouvé les playoffs en 2017 grâce à Jason Kidd, les Bucks atteignent les finales de conférence en 2019 grâce à Bud. Toutefois, cette équipe trop dépendante de son adresse à 3 points et d’Antetokounmpo est éliminée par Kawhi et ses coéquipiers.

Mais cette année, la hype de Giannis est un petit peu retombée dans les médias… Comme s’ils banalisaient l’exceptionnel. Tout le monde trouve normal de voir les Bucks gagner ou de voir des 35-15-8 en 25 minutes de jeu pour Giannis. Pourtant, le rouleau compresseur est toujours en marche et continue de rouler sur la conférence Est.

L’intersaison

Contrairement à celle des autres grosses écuries de l’Est, elle fût plutôt calme. Hormis le départ de Malcolm Brogdon, tous les cadres ont été conservés. Côté arrivées, Robin Lopez est venu montrer son amour pour la WWE et Kyle Korver est venu enseigner l’art du 3 points à Giannis. Avec des jeunes potentiellement intéressants tel Sterling Brown, D.J. Wilson ou Donte DiVicenzo et un effectif sérieux, nul besoin de grands mouvements.

La saison actuelle

Une force défensive impressionnante

Le potentiel athlétique de chaque joueur ainsi que leur motivation permet à Milwaukee d’être une des meilleures défenses de la ligue. Bledsoe et Middleton peuvent défendre quasiment tous les joueurs de leur poste. Giannis peut défendre presque tous les joueurs de la ligue. Il faut ajouter à cela la protection du cercle amenée par Brook Lopez et son expérience. Mais pour comprendre le schéma défensif utilisé par les Bucks, il ne faut pas se limiter aux joueurs utilisés ni à leurs rôles. C’est bien coach Budenholzer qui est le principal artisan de cette réussite. L’idée de base est assez simple, fermer totalement l’accès à la raquette et au panier, pour forcer les joueurs adverses à tirer de loin. Avec des joueurs comme Antetokounmpo ou les frères Lopez aux abords du cercle, on comprend l’hésitation des adversaires à risquer un lay-up. En effet, les adversaires de Milwaukee ne tentent que 26 tirs par match tout près du cercle pour une réussite famélique de 51,1%. La deuxième équipe à en concéder le moins est Toronto avec 27,4 tirs par match à 55,9%. La contrepartie de cette stratégie est de laisser les shooters adverses totalement ouverts. Forcément cela se fait sentir sur l’adresse lointaine des adversaires : 36,8%, soit la 3e moins bonne équipe pour défendre ces tirs. Mais d’un point de vue purement mathématique, cette technique est tout à fait logique. La troisième équipe qui défend le moins bien les tirs de près encaisse 64,2% de ces shoots, ce qui revient à encaisser 1,28 point par possession. Milwaukee, en encaissant 36,8% des shoots à 3 points adverses, ne concède que 1,10 point par possession.

Cette surcharge de l’intérieur de la zone permet donc deux phénomènes : le plus petit pourcentage de shoots rentrés par les adversaires, 41,3% ; ainsi que le plus haut pourcentage de rebonds défensifs captés. Ce deuxième point s’explique aussi bien par le placement souvent à l’intérieur de la ligne à 3 points des joueurs, mais aussi par la taille et les qualités athlétiques des Bucks. Tous ces paramètres mis bout à bout permettent à Milwaukee d’avoir le meilleur Defensive Rating de la ligue, avec 101,7 points encaissés pour 100 possessions.

L’attaque n’est pas en reste

Si une défense élite ne suffit pas à dominer la NBA, lorsqu’on y combine la deuxième meilleure attaque de la ligue, on obtient tout simplement la meilleure équipe. Par ailleurs, l’attaque est aussi performante parce que la défense arrache un nombre impressionnant de stops défensifs. En effet, avec la première pace de la ligue, Milwaukee mise énormément sur le jeu de transition pour attaquer. Il faut dire que Giannis Antetokounmpo ou Eric Bledsoe, (a.k.a “mini LeBron”) lancés à pleine vitesse, ça donne des maux de tête à pas mal de défenseurs. Cela se vérifie aussi par les chiffres puisque Milwaukee est l’équipe qui marque le plus en contre attaque, avec 16% de ses points qui viennent de ces phases.

Quand l’équipe n’arrive pas à prendre les défenses de vitesse, elle tente alors de ressortir à 3 points avec la 3e plus grosse fréquence de la ligue (assez loin des Rockets tout de même). Même si l’adresse à 3 points est tout juste moyenne (15ème de la NBA), la tendance à scorer sur jeu rapide leur permet de marquer 1,14 point par match, soit seulement 2 de moins que les Mavericks, meilleure attaque de la ligue.

Une équipe létale, taillée pour le titre

Après avoir atteint les finales de conférence, l’objectif est clair cette année : le titre. Pour cela, ils ont des arguments à tous les niveaux. Tout d’abord, un certain grec MVP en titre encore en course pour le titre de MVP et de DPOY (dont on parlera bientôt sur le site…). Ensuite, leurs lieutenants (pas forcément brillants) sont toujours là pour suppléer Giannis quand les 5 joueurs adverses ont décidé de défendre sur lui en même temps. L’équipe peut aussi s’appuyer sur un plan de jeu défini et connu de tous et qui peut donc travailler et progresser avec ses bases. Enfin, le dernier atout, mais pas le moins important, se trouve sur le banc en la personne de Mike Budenholzer, qui devra continuer à prouver sa capacité à trouver des solutions aux problématiques rencontrées en playoffs.

0 Comments

Leave a comment

Your email address will not be published.